Mi-fĂ©vrier dernier, je tombais par hasard sur une vidĂ©o YouTube au titre accrocheur : “arrĂȘter la cigarette en 15 minutes” (un vĂ©ritable rĂȘve pour moi !). Dans cette vidĂ©o, le YouTuber Riverlevrai accompagnĂ© de son amie Clara, garantit de nous faire arrĂȘter la clope en un quart d’heure Ă  peine.

Riverlevrai – ArrĂȘter la cigarette en 15 minutes

Je fume rĂ©guliĂšrement depuis mes 16 ou 17 ans, j’en ai aujourd’hui 25 et ce n’est pas la premiĂšre fois que j’essaie d’arrĂȘter, sans succĂšs. Je n’ai jamais “beaucoup” fumĂ© (cinq cigarettes par jour tout au plus), mais comme le rappelle Riverlevrai dans sa vidĂ©o, il n’y a pas de “petite fumeuse” ou “petit fumeur” !

Je n’ai jamais atteints le fameux “paquet par jour” loin de lĂ , mais depuis maintenant presque 10 ans, je n’arrivais pas Ă  me dĂ©faire de cette habitude, devenue une rĂ©elle addiction. ArrĂȘter totalement en 15 minutes ? Pour moi, cela semblait totalement impossible. Mais qu’avais-je rĂ©ellement Ă  perdre ?

Dubitative, j’ai donc visionnĂ© la vidĂ©o de Riverlevrai (que je ne vais pas vous rĂ©sumer, ni vous expliquer, regardez-la directement). Son assurance et sa confiance dans le fait qu’il va rĂ©ussir Ă  nous faire arrĂȘter est bluffante. Comme il le dit lui-mĂȘme Ă  plusieurs reprises, je suis trĂšs rĂ©servĂ©e sur l’efficacitĂ© de sa technique : cela semble si simple, si “bĂȘte” que c’est Ă  peine croyable.

Pourtant, depuis sa vidéo : je suis non-fumeuse

Mais les faits sont lĂ  : je ne fume plus et cette fois-ci, je sais tout au fond de moi que c’est la bonne ! Si j’ai craquĂ© les fois prĂ©cĂ©dentes, c’est uniquement parce que je n’ai pas arrĂȘtĂ© de fumer en me posant les bonnes questions, ni en ayant les bonnes pensĂ©es.

Mes prĂ©cĂ©dentes tentatives d’arrĂȘt Ă©taient des luttes de tous les instants, des combats contre moi-mĂȘme oĂč je pensais que ma force et ma volontĂ© Ă©taient mes seules armes pour combattre mon envie de fumer.

Or, me battre contre mon envie n’Ă©tait clairement pas la bonne stratĂ©gie, pour la simple et bonne raison que je fumais uniquement pour gĂ©rer mes Ă©motions nĂ©gatives : la colĂšre principalement, et de temps en temps la tristesse. J’ai Ă©normĂ©ment de colĂšre en moi, pour diffĂ©rentes raisons, et la cigarette Ă©tait comme un tampon. La nicotine me faisait croire que fumer calmait ma colĂšre : mais nous savons que c’est faux.

Je n’ai eu qu’un Ă©pisode de trĂšs grosse colĂšre depuis que je suis non-fumeuse. Mon rĂ©flexe d’avoir envie d’une cigarette dans ces moments s’est manifestĂ©, enrayĂ© dans la seconde par un magnifique “bah non Fanny, tu es non-fumeuse” !

Je n’ai mĂȘme pas eu Ă  me forcer ni Ă  lutter contre cette envie : dĂ©sormais, je suis non-fumeuse donc je ne fume pas. C’est aussi simple que ça, c’est logique. Et croyez-moi, si j’ai pu abandonner ma clope de colĂšre aussi facilement, c’est que je suis bel et bien libĂ©rĂ©e (c’est toujours lors d’un Ă©pisode de colĂšre que j’ai repris).


Mon autre faiblesse : le mimétisme

En dehors de mes phases trĂšs colĂ©riques, voir quelqu’un fumer sans que je ne puisse moi-mĂȘme fumer Ă©tait une vĂ©ritable torture. Je vous disais tout Ă  l’heure que je n’ai jamais beaucoup fumĂ© : il m’est mĂȘme arrivĂ© d’avoir de grandes pĂ©riodes sans cigarette dans ma vie, principalement lorsque mon entourage Ă©tait constituĂ© quasi-exclusivement de personnes qui ne fument pas.

Dans ma famille proche, personne ne fume. Si pendant des vacances, je leur rendais visite sur une longue pĂ©riode, il Ă©tait tout Ă  fait possible que je ne fume aucune cigarette pendant toute la durĂ©e de mon sĂ©jour (mĂȘme long), sans que cela ne me pose le moindre problĂšme. En revanche, il m’Ă©tait impossible de me retenir de fumer chez moi, car je vis avec mon copain et notre coloc : deux gros fumeurs. Les voir fumer non-stop me tentait Ă©normĂ©ment (et je craquais Ă  chaque fois).


L’envie de fumer a bel et bien disparue

Pourquoi je suis convaincue que je suis enfin libĂ©rĂ©e de la clope ? Parce que dorĂ©navant, je n’ai mĂȘme plus envie de fumer en les voyant, pas un seul instant. Toute envie de cigarette a Ă©tĂ© Ă©radiquĂ©e de mon cerveau, quasiment le jour mĂȘme. La seule fois oĂč l’envie est revenue, c’est lorsque je me suis mise trĂšs en colĂšre (et je pense que cette envie Ă©tait davantage un rĂ©flexe qu’une envie rĂ©elle, car elle a disparue instantanĂ©ment).

MĂȘme en vous Ă©crivant aujourd’hui ces lignes qui ne parlent que de cigarette, je n’Ă©prouve aucune envie de fumer. Avant, rien que l’Ă©vocation du sujet suffisait Ă  me faire craquer. Aujourd’hui ce n’est plus le cas. Je suis non-fumeuse, je le sais, je le sens et c’est gravĂ© en moi pour toujours.


Compenser avec autre chose ?

Pendant la vidĂ©o, j’ai eu un peu peur de compenser mon envie de cigarette avec autre chose de potentiellement nĂ©faste (comme le grignotage par exemple, ou le shopping comme cela avait pu m’arriver prĂ©cĂ©demment). MĂȘme si Riverlevrai se voulait trĂšs rassurant Ă  ce propos, cela m’inquiĂ©tait pas mal.

Pour l’instant, je n’ai expĂ©rimentĂ© aucun phĂ©nomĂšne de compensation. Aucune fringale Ă  des moments inopportuns, pas d’envie particuliĂšre ni quoi que ce soit de notable. Lors de mes prĂ©cĂ©dentes tentatives, j’avais compensĂ© le manque de cigarette pour la simple raison que je luttais contre l’envie de fumer. Mais lĂ , comme celle-ci s’est totalement Ă©vaporĂ©e, je n’ai rien Ă  compenser, je n’ai rien Ă  calmer.

C’est pour cette raison qu’il est important de faire un travail sur ses Ă©motions lorsque l’on souhaite arrĂȘter. Si nous fumons, c’est toujours pour calmer ou compenser quelque chose (mĂȘme inconsciemment). Accepter ses Ă©motions me semble primordial. Ce fameux jour oĂč je me suis mise en colĂšre, j’ai acceptĂ© cette colĂšre et j’ai conscientisĂ© que “fumer cette cigarette ne rĂ©soudrait pas mon problĂšme et ne m’apaiserait pas rĂ©ellement” ; l’envie a donc disparue d’elle-mĂȘme.


Comment ça marche ?

Ce qui me frappe dans cette vidĂ©o, c’est qu’elle ne m’a pas vĂ©ritablement appris sur le tabac et les addictions. Pendant mon cursus universitaire, j’ai Ă©tudiĂ© l’addictologie, les mĂ©canismes cĂ©rĂ©braux qui vont avec ainsi que le fonctionnement prĂ©cis du tabac sur notre organisme : rien de trĂšs neuf pour moi. Peut-ĂȘtre est-ce les mots employĂ©s, la façon de les dire, la rĂ©pĂ©tition de plusieurs phrases ou l’approche plus Ă©motionnelle

Je n’arrive pas Ă  mettre le doigt sur ce qui rend cette mĂ©thode efficace, mais croyez-moi elle l’est. J’en suis la preuve aujourd’hui, ainsi que toutes les autres personnes qui ont arrĂȘtĂ© : Riverlevrai lui mĂȘme, Clara qui est non-fumeuse depuis la vidĂ©o, ainsi que toutes les autres personnes qui ont tĂ©moignĂ©.

Clara, toujours non-fumeuse aprĂšs 5 mois ❀

J’espĂšre que la vidĂ©o ainsi que l’article vous donneront ce petit Ă©lan pour arrĂȘter et vous montreront que c’est possible. Croyez-moi, il suffit de pas grand chose pour avancer. Moi mĂȘme je n’y croyais pas, mais un simple petit clic sur une vidĂ©o de 15 minutes m’a faut sauter le pas ! Vous aussi en ĂȘtes capables !

Merci Damien ❀