temps de lecture : environ 15 minutes (et il y a pleins d’images ♥️)

⚠️Cet article contient des spoilers (à propos de l’épisode 3) ainsi que mes théories pour la suite des événements (qui n’engagent que moi). Je n’ai visionné aucun contenu concernant les théories futures et les avis d’autres personnes avant de rédiger mon article, afin de ne pas être influencée. Toute ressemblance est donc fortuite (et c’est aussi valable si je raconte n’importe quoi !) 😅


Je suis une véritable fan de Game Of Thrones, et même si les séries et l’audiovisuel en général sont très éloignés de mes thématiques habituelles, je n’ai pas envie de me priver. En véritable cinéphile, je pense d’ailleurs aborder cela plus souvent. 😉 Quand l’envie me prendra, je posterai des petites reviews, que ce soit sur GoT ou d’autres oeuvres.

Quoi qu’il en soit, c’est la dernière ligne droite pour Game of Thrones : l’ultime saison. La tension est à son comble, tout comme ma hype à l’idée de retrouver mes personnages préférés. 😃

Un début de saison tout en douceur

Contrairement à beaucoup de fans de la série qui reprochaient aux épisodes 1 et 2 d’être trop lents, j’ai beaucoup apprécié ce retour aux sources. Quand on y pense, jamais une saison de GoT n’a directement commencée dans le sang et les larmes. On prend le temps d’exposer les lieux, les décors, la situation ainsi que les relations entre les personnages, placées au coeur de l’intrigue.

Jamie et Brienne dans la cour de Winterfell qui évoquent la bataille à venir
Jaime et Brienne dans la cour de Winterfell qui évoquent la bataille à venir

Les épisodes 1 et 2 étaient comme une pommade au coeur avant que les choses sérieuses ne commencent. L’adoubement de Brienne par Jaime, la première fois d’Arya, les retrouvailles entre Lady Mormont et Jorah, les projets de lune de miel de Vers Gris et Missandei, l’escapade de Danny et Jon…

Que de moments touchants, qui nous préparent subtilement à de nombreuses tragédies… Et je ne parle même pas de la scène de la cheminée, où tous ces personnages mythiques, autrefois ennemis pour certains, s’échangent leurs souvenirs dans l’attente de cette bataille qui s’annonce meurtrière … J’ai vraiment adoré ces deux premiers épisodes !

J’ai aussi beaucoup aimé qu’ils soient centrés sur Winterfell. Certes, la capitale est laissée de côté (tout comme cette teigne de Cersei Lannister), ce qui n’est pas pour me déplaire. Mais pas d’inquiétude, King’s Landing sera sans nul doute au centre de la deuxième moitié de saison vue la fin de l’épisode 3 (on y reviendra).

Arya et Sansa Stark se tenant sur les remparts enneigés du château de Winterfell.

Mon avis sur l’épisode 3 de Game of Thrones, saison 8

Pas d’inquiétude, je ne vous ferais pas un décryptage plan par plan, ce serait bien trop long pour vous. J’aborderai seulement les choses qui m’ont marquées dans l’épisode, les critiques que j’ai à émettre et mes suppositions pour la suite de l’ultime saison. 😉

Un petit souci d’étalonnage

Dès le commencement de l’épisode, je suis chafouinée par l’obscurité de l’image. C’est vraiment sombre, au point qu’il devient parfois compliqué de discerner l’action. Ces ténèbres couplées à des plans très serrés des combats rendent la lecture de l’image assez difficile par moment. Pour ne rien arranger, nous avons visionné l’épisode dès sa sortie sur OCS (en direct) et la qualité n’était pas vraiment au rendez-vous, malgré notre installation fibre optique.

Vers Gris au coeur de la bataille.
Vers Gris au coeur de la bataille.

Je sais bien que cet effet est totalement volontaire : les plans serrés pour une question de budget et l’obscurité pour symboliser la mort qui s’abat sur Winterfell (et mettre en exergue les interventions de Mélisandre et du Maître de la Lumière)…

Malgré ce choix artistique que je respecte (et qui s’est avéré diablement efficace lors de l’extinction des sabres des Dothrakis, ravagés jusqu’au dernier par les spectres), l’image était vraiment trop sombre selon moi… L’effet n’aurait pas été moins saisissant s’il avait été un peu moins marqué, mais nous aurait au moins permis de distinguer correctement les personnages pendant les combats.

Une stratégie très discutable…

Je ne suis pas une pro de la stratégie militaire, mais je ne pense pas trop m’avancer en disant qu’envoyer la horde Dothrakis en première ligne, à l’aveugle, sans même parvenir à distinguer l’armée des morts était … une grosse connerie. Etait-ce par manque de temps pour préparer la bataille ou par inexpérience ? Je ne saurais le dire, la série étant assez approximative sur sa temporalité.

De grands stratèges étaient pourtant présents sur place, à commencer par Jaime Lannister (même si je vois difficilement la Reine des Dragons et les Nordiens lui faire confiance en raison de sa maison). J’espérais que Bran nous éclaire de son savoir, mais il semblerait qu’il ai définitivement décidé d’être aussi utile qu’une multiprise branchée sur elle-même

La horde de Dothrakis levant leur sabres enflammés par Mélissandre.
La horde de Dothrakis levant leur sabres enflammés par Mélissandre.

Quoi qu’il en soit, Winterfell semblait être une forteresse largement assez grande pour abriter toutes les troupes, pendant que les deux dragons encore en vie auraient pu avoir la joie de calciner les spectres au fur et à mesure (peut être même en restant protégés derrière les remparts) ! Je ne suis pas une pro de la guerre, mais je serais clairement partie sur cette option !

Dans cette configuration, les troupes auraient pu être utilisées seulement en tout dernier recours et pas comme de la chair à canon prête à se faire sacrifier (et au passage, à rejoindre l’armée des morts). Elles auraient surtout été sauvegardées pour la future guerre contre Cersei et Euron ! Notre chère Danny n’a actuellement plus grand monde pour la défendre, et c’est une des raisons qui me font penser qu’elle ne montera jamais sur le Trône de Fer.

La plus grande bataille de tous les temps ?

Je sais, je sais, je m’avère être bien meilleure stratège que tous les nobles du Nord, mais si ces derniers avaient suivi mon plan, la bataille n’aurait clairement pas duré longtemps… Et ce n’est pas ce que nous avait teasé les show runners ! Je ne me suis pas particulièrement informée sur la saison 8 pendant sa production afin de ne pas être spoilée, mais tout le tintouin des scénaristes n’a pas échappé à mes oreilles…

Arya et Sansa Stark perchées sur les remparts, contemplant les troupes Dothrakis et leurs sabres enflammés par la magie de R’hllor.

La plus grande bataille de tous les écrans !” avaient-ils dit. Une telle promesse n’est guère facile à tenir. Plus grande que toutes les batailles que nous avons déjà pu voir dans Game of Thrones, plus grande que toutes celles de l’histoire du cinéma. Et même plus grande que les batailles du Seigneurs des Anneaux… Impossible. Pour moi, malgré les efforts qui se ressentent tout au long de l’épisode, le niveau est clairement en dessous.

Bataille de la Néra : l’explosion de feu grégeois ravageant la flotte de Stannis Barathéon.

Sans même parler des batailles épiques et somptueusement millimétrées du Seigneur des Anneaux, je me souviens avoir été bien plus éblouie par la bataille de la Néra (pour ne citer qu’elle). A mon avis, le soucis vient principalement de ce problème d’étalonnage dont je parlais en début d’article, des plans un peu trop serrés et cutés trop rapidement ; mais aussi de plusieurs éléments scénaristiques qui m’ont beaucoup déçue…

L’inutilité de Bran

En tête de cortège des points fâcheux de cette saison, je ne peux que citer monsieur Brandon Stark dont l’inutilité totale est désormais admise. Ce petit bonhomme est supposé rassembler la mémoire des Hommes, avoir des pouvoirs sensationnels mais ne sert strictement à rien depuis le début de la saison (si ce n’est servir d’appât pour attirer le Roi de la Nuit dans le bois sacré de Winterfell).

Brandon Stark face à Jon dans la cour de Winterfell, au moment de leurs retrouvailles.

Je suis extrêmement déçue de la façon dont est traité ce personnage dans la saison 8. Il possède pourtant toutes les connaissances nécessaires pour vaincre les Marcheurs Blancs, mais il reste impassible et inutile, ne servant qu’à ajouter une touche creepy avec son regard vide d’émotion. Dans les deux premiers épisodes, j’attendais des révélations sur les Marcheurs Blancs, sur leurs objectifs, sur leur passé : mais rien. Bran se contente d’être spectateurs, tout comme nous.

Sa seule action pendant l’épisode 3 fut d’utiliser son pouvoir de zooman afin d’aller observer le Roi de la Nuit, au travers d’une nuée de corbeaux. Pourquoi ? Dans quel but ? On ne sait pas. Pour attirer le roi de la Nuit vers lui ? Je ne pense pas, car le Night King est supposé connaître la position de notre Corneille nationale à tout moment, grâce à la marque sur le bras de Bran. Aucun pay-off, donc. Le mystère reste entier.

La fin des marcheurs blancs

Ce mystère autour des Marcheurs Blancs et de leurs objectifs restera entier pendant longtemps, car l’épisode 3 marque également leur fin. Il y avait pourtant tant de chose à dire sur ce peuple que l’on connait à peine. Nous ne savons pratiquement rien d’eux, et comme beaucoup d’autres fans, je comptais sur les pouvoirs de Bran pour nous en apprendre davantage.

Le Night King élevant les bras pour relever les morts de la bataille de Hard Home.

Quand on sait que le futur spin-off de Game of Thrones portera sur la Longue Nuit, les Enfants de la Forêt ainsi que les Marcheurs Blancs, je pense qu’il est couru d’avance que nous n’apprendrons plus rien sur eux dans la saison 8 (l’arc narratif étant désormais clos avec la mort du Night King). Maintenant que cette menace a été écartée, il est évident que les trois derniers épisodes se concentreront sur la guerre pour le Trône de Fer.

J’ai été un poil déçue de voir les Marcheurs Blancs tomber si vite. Je ne vais pas vous mentir, leur chute n’était pas vraiment une surprise tant le trailer de la saison 8 était axé sur le Trône, mais j’attendais plutôt leur fin pour l’épisode 4. On notera aussi la présence inutile des généraux du Night King, qui n’ont même pas eu droit au moindre combat dans l’épisode…

Arya, ma vie : la véritable héroïne de cet épisode

Cette chute des Marcheurs Blancs, nous la devons avant tout à Arya, véritable assassine de l’ombre qui a accomplit l’exploit de terrasser le Night King d’un coup de dague en acier valyrien. Arya a toujours été mon personnage favoris de Game of Thrones, depuis le tout début de la série. Je la porte dans mon coeur et je suis vraiment plus qu’enchantée de la voir évoluer ainsi.

Dès la saison 7, j’étais persuadée que c’est elle qui allait vaincre le Night King. Depuis plusieurs saisons déjà, elle est une assassine hors pair et c’est précisément ce qui a fait naitre en moi cette conviction qu’elle serait LA badass de la guerre contre les Marcheurs Blancs.

Le Night King explosant en mille morceaux de glace après le coup de dague d’Arya.

Lors de l’épisode 1 de la saison 8, la commande pour une arme spécifique en verredragon qu’elle passe auprès de Gendry n’a fait que confirmer ma théorie. Je la sentais se préparer pour le coup du siècle. Lorsque le Night King s’est retourné pour l’attraper par la cou, j’ai vraiment serré les fesses, prié et je n’ai pas été déçue de mon personnage favoris ! ♥️

Bon, je n’ai jamais abordé le sujet sur le blog, mais tous mes proches vous le diront, je suis “Team Arya” depuis le tout début. J’ai entendu pas mal de fans s’énerver à propos du fait qu’elle soit devenue cette combattante ultime, voire une peu cheatée, mais je ne suis pas d’accord !

Arya pendant son entrainement chez les Sans-Visage sur l’île de Braavos. On la voit tenir un bâton,habillée de haillons, les yeux totalement blancs après qu’elle ai perdu la vue en buvant l’eau du temple du Dieu Multiface.

Pensez à l’entrainement qu’elle a reçu chez les sans-visages, ou même de la part de Syrio Forel, son maître à danser de Braavos. Sa façon de combattre est vraiment très différente de celle des autres habitants de Westeros. Plus fluide, plus souple, plus suprenante, Arya est une anguille qui ne se laisse pas atteindre. Pour moi, il n’y avait aucun doute sur le fait qu’elle serait LA plus efficace contre les spectres sur le champs de bataille. Il n’y avait guerre que le regretté Oberyn Martell qui lui arrivait à la cheville. J’aurais tant aimé le voir combattre les spectres…

La danse de l’eau qu’elle a appris aux côté de Syrio lui confère une agilité, une précision et une rapidité hors pairs : les trois qualités indispensables pour être efficace en corps-à-corps contre les spectres (très rapides eux aussi, trop pour des chevaliers en armure qui se laisseront vite dépasser à cause de leur lenteur). Rappelez-vous, elle s’est même payé le luxe de mettre l’impitoyable Brienne à l’amende (si ce n’est pas un signe de badasserie, alors je ne sais pas ce que c’est !)

Syrio Forel et Arya Stark en plein entraînement, armés de leurs épées de bois pendant la saison 1.

Tel un chat, elle ne fait aucun bruit en se déplaçant, une qualité supplémentaire qui lui servira au combat, lui sauvera la vie et lui vaudra même la victoire contre le Night King qui n’a pas su la repérer à temps. Bravo Arya ! J’espère que des statues d’or à son effigie décoreront toutes les cités des Sept Royaumes !

La mort de Mélisandre

Il n’y avait aucun doute sur la mort de notre prêtresse rouge préférée, car Mélisandre la spoil elle-même dans la saison 7, déclarant à Varys qu’elle retournerait sur Westeros pour y mourir. Elle a rempli sa mission : apporter la lumière sur le champ de bataille au péril de sa vie et guider Arya vers sa destiné. Une fois cette mission accomplie, elle se laissera mourir sur les terres glacées du Nord, après avoir ôté son collier.

Varys et Mélissandre, debout face à face sur la côte de Peyredragon
Varys et Mélisandre, debout face à face sur la côte de Peyredragon

Ma seule petite déception quant à la mort de Mélisandre, est qu’elle marque le non-aboutissement de la théorie du sacrifice de Varys. Vous ne le saviez peut-être pas, mais une théorie très séduisante avançait que notre chère araignée était en fait un Targaryen, plus précisément un “Feu Noir”, une branche parallèle de la famille des Dragons. Cela aurait expliqué son enlèvement et sa castration rituelle par un prêtre rouge pendant son enfance.

La théorie voulait que, dans un dernier espoir pour terrasser les Marcheurs Blancs, la prêtresse rouge et Varys se livrent à un rituel visant à faire jaillir le Feu Noir pour décimer les troupes du Night King. Les deux n’y survivraient pas et auraient ainsi donné leurs vies pour le salut de Westeros.

Kinvara, la prêtresse rouge.

Mélisandre nous ayant quitté dans l’épisode 3, cette théorie tombe un peu à l’eau (à moins que Kinvara ne fasse son come-back, ce qui n’est pas impossible ! 😉)


Vous l’aurez compris, je suis assez mitigée sur cet épisode 3. Ce n’est pas tant sa réalisation qui me pose problème, ni même cette promesse de “plus grande bataille de tous les temps” des show runners, qui n’a pas vraiment été tenue ; mais surtout les choix scénaristiques qui ont été pris. Il y avait, je pense, beaucoup plus intéressant à faire pour la suite et c’est assez dommage.

Avec la fin des Marcheurs Blancs et la fin de Mélisandre, c’est un peu l’arc narratif de la magie de Game of Thrones qui se ferme. Nous attentions beaucoup de révélations sur le background de la série et les différentes prophéties : sujets si intéressants qui ne seront pas développés dans la suite de la saison.

Beric, Ed et Tormund devant le petit Ned Omble, sacrifié au milieu d’une spirale de cadavres en feu (ambiance !)

J’ai regretté que la tension de la bataille viennent quasi uniquement de la pression sur la mort de nos personnages préférés, et pas sur un réel travail d’ambiance. Soyons honnête, Brienne, Jaimie, Sam, Podrick, Vers Gris, Jon et même Danny auraient dû mourir plus d’une fois. Au final, aucun personnage principal n’a perdu la vie (ce qui selon moi, empêchera cette bataille d’être inoubliable).

J’ai tout de même été profondément marquée par la mort de Lyanna Mormont, presque aussi badass qu’Arya, et celle de Jorah (dont j’étais persuadée du trépas suite à la scène si solennelle où Sam lui remet l’épée des Tarly).

Lyanna Mormont, morte au combat, étendue au sol après avoir terrassé un géant de glace zombie, du haut de ses 9 ans ♥️

La survie de Vers Gris m’a vraiment surprise, tant ses projets de lune de miel avec Missandei sur l’île de Naath étaient beaux à entendre. Connaissant le plaisir que prennent les show runners à tuer nos personnages favoris, je voyais déjà Vers Gris revenir en marcheur blanc et faire du sale. Je n’ai jamais été aussi heureuse de m’être trompée.

Dans l’ensemble, l’épisode est quand même très réussi et nous offre des scènes grandioses que nous espérions voir depuis le tout début de Game of Thrones : comme la danse des dragons et cette fameuse bataille tant attendue des vivants contre les morts.


Et la suite ? Mes espoirs pour les épisodes à venir…

(présision importante : je n’ai volontairement pas regardé le trailer de l’épisode 4)

Les Marcheurs Blancs ayant été terrassés par les talents d’Arya, la suite de l’action se concentrera sans aucune surprise sur la guerre pour monter sur le Trône de Fer. Etant donné la mauvaise stratégie mise en place par Danny et Jon pendant la bataille de l’épisode 3, je ne donne pas cher de leurs peaux face au duo Cersei-Euron, dont les troupes et la flotte sont encore toutes fraîches et pimpantes. Comme quoi, la position de traître offre parfois des avantages. 😉

Cersei dans son costume de Mad Queen gothique, accompagné de son fidèle acolyte Qyburn.
Cersei dans son costume de Mad Queen gothique, accompagnée de son fidèle acolyte Qyburn.

Alors que nous élevions tous Cersei au rang de folle après sa décision de ne pas se joindre au combat contre le Night King, il faut reconnaître qu’elle nous a tous eu. Son plan de laisser ses ennemis s’entretuer, puis d’affronter le vainqueur a finalement fonctionné (même si je pense qu’elle n’aurait pas fait la maligne face au Night King et l’armée des morts si les vivants avaient perdu cette bataille).

Il est à noter que grâce à ce bon vieux Qyburn et ses scorpions / balistes, King’s Landing est équipé d’une solide défense contre les dragons (ces derniers étant désormais les seuls véritables atouts de Danny et Jon, dont les troupes font un peu la gueule). Leur seule chance : parcourir Westeros pour trouver de nouveaux alliés, peut être du côté des Glover, du Val ou de Dorne (moi je parie sur Dorne et sur le grand retour d’Ellaria Sand ! ♥️😉).

Danny et Jon chevauchant côte à côte.

Nous ne sommes également pas à l’abris d’une rupture entre Danny et Jon, que ce soit pour leur lien de parenté ou pour cet épineux problème d’accès au Trône de Fer. Nous savons tous que Jon n’en veut à aucun moment, mais Danny prendra-t-elle le risque de guerroyer aux côtés d’un potentiel adversaire ?

Nyméria et la meute

Avouons-le, c’est un grand fantasme pour beaucoup fans : le retour de Nyméria et de sa meute de loups pour venir en aide aux vivants. J’attendais fermement la meute pendant l’épisode 3, mais c’est à peine si nous avons pu profiter de quelques plans de Ghost. J’y crois encore, je veux y croire dur comme fer, j’émets donc l’hypothèse que la meute viendra prêter patte forte au camp Danny-Jon.

Arya Stark à genoux dans un bois enneigé du Nord, faisant face à sa louve retrouvé Nyméria, accompagnée de toute sa meute.
Arya Stark à genoux dans un bois enneigé du Nord, faisant face à sa louve retrouvé Nyméria, accompagnée de toute sa meute.

La mort de Cersei Lannister

Je ne peux me résoudre à voir cette teigne de Cersei Lannister sur le Trône à la fin de la série. Pour moi, elle trouvera la mort, dans la souffrance qu’elle mérite. Je rêve par dessus tout de voir Arya la tuer, cette dernière en profitant pour compléter sa fameuse liste.

Arya Stark, fière et forte !

Peut-être le fera-t-elle avec son vrai visage, ou celui d’un proche de Cersei pour l’approcher plus facilement (un personnage secondaire de préférence, étant donné que l’utilisation d’un visage suppose qu’Arya l’ai tué hors champ pour nous laisser la surprise). Pour cette raison, le visage emprunté ne sera pas celui de la Montagne, dont la mort est bien entendue réservée pour le Gleganebowl. Je parie plutôt sur Qyburn (ou Euron).

Même si la fameuse théorie du Valonqar n’est pas abordée dans la série, Jaime est également un bon candidat pour ôter la vie de la reine détestée. Nous verrons bien. 🙂

Le duo de choc Tyrion-Sansa

Pour finir ce post (qui commence à être long), j’aimerais juste aborder ce qui serait pour moi un des dénouements parfaits de la série : voir le duo Tyrion Lannister et Sansa Stark gérer les Sept Royaumes, à la manière d’un “couple platonique” . Sansa a vraiment fait ses preuves à la tête du Nord : elle est faite pour gouverner. Tyrion quant à lui, est sans conteste l’un des hommes les plus intelligents de Westeros. Sa brève nomination au prestigieux poste de Main du Roi lui a permit de faire montre de toutes ses qualités de dirigeant.

Tyrion Lannister et Sansa Stark, assis côte à côté à table lors du mariage de Joeffrey et Margeary.
Tyrion Lannister et Sansa Stark, assis côte à côté à table lors du mariage de Joeffrey et Margeary.

Je crois dur comme fer en ce duo, car je ne vois ni Danny, ni Jon, ni personne d’autre à cette place. Jon le dit lui-même, il ne veut pas du Trône. Lorsque l’on se penche sur l’évolution de Danny depuis les deux dernières saisons, on ne peut pas dire qu’elle ferait une bonne reine. C’est une excellente conquérante, tout comme Jon est un excellent guerrier. Or, comme on le disait au sujet du grand Robert Barathéon, les bons conquérants ne font pas forcement de bons Rois.

Pour cette raison, et aussi suite à cet échange de regard dans la crypte de Winterfell, je crois de tout mon coeur en Tyrion et Sansa pour remettre de l’ordre dans ce royaume, y apporter plus d’humanité, voire même “casser la roue” comme le disait Danny.


Et vous, qu’avez-vous pensé de l’épisode ?

Quelles sont vos théories pour la suite ?