Il est 10h du soir, et je sors à l’instant d’un atelier sur l’avenir des entreprises et les enjeux du monde du travail de demain. Dit comme ça, ça a l’air super barbant, mais j’y ai appris pas mal de choses intéressantes, dont un exercice de pensée qui m’a vraiment beaucoup plu et que je tiens à vous partager.

Nous ne savons pas communiquer

J’ai toujours été convaincue que la plupart de nos problèmes ont pour cause une mauvaise communication, ou même une absence de communication. Ne pas communiquer correctement avec les autres nous conduit fatalement à ne pas bien nous comprendre (et on ne connait que trop bien les soucis que cela engendre, que ce soit au travail ou dans notre vie privée).

Comment se mettre à la place de l’autre ?

Aujourd’hui, je vous propose donc ce petit exercice très simple pour vous aider à changer de prisme, ou plus simplement : à vous mettre à la place de l’autre et ainsi, mieux lea comprendre. Tout ce qu’il vous faut, c’est une feuille et un crayon.

Quelle est ma valeur ?

Je vais commencer par vous demander de penser à votre plus grande valeur : la chose, la qualité ou la cause pour laquelle vous seriez capables de donner votre vie.

Quand le coach nous a donné cette consigne, c’est facile à deviner, j’ai immédiatement pensé à l’antispécisme et à sa conséquence : le véganisme. Je vais donc reprendre cet exemple tout au long de l’article. A vous ensuite de refaire l’exercice avec votre propre valeur. Si vous aussi, vous avez spontanément choisi le véganisme ou l’antispécisme, je vous recommande de ne pas lire mes réponses (en italique) avant d’avoir fait l’exercice.

Maintenant que vous avez votre valeur en tête, je vais vous demander d’identifier son “anti-valeur”, son opposé.

Facile : c’est le spécisme et le carnisme.

On commence avec la partie facile !

Maintenant que vous avez identifié votre valeur et son anti-valeur, voilà votre premier exercice : listez les 15 avantages de votre valeur.

Normalement, vous ne devriez pas avoir trop de peine pour lister ces 15 avantages. Dans mon cas, je pense immédiatement au fait de ne pas participer au massacre de masse lié au spécisme, au fait de me battre de toutes mes forces pour quelques chose de plus grand que moi, aux sauvetages de tous les individus innocents auxquels j’ai participé, à la réduction de mon impact environnemental, au développement de mon empathie, à la redécouverte de saveurs oubliées, à mes rencontres avec toutes les personnes fantastiques qui partagent désormais ma vie, ou encore au fait que grâce au véganisme, j’ai totalement arrêté de grignoter vu qu’il y a beaucoup moins de choix de biscuits, bonbons, gâteaux et autres conneries…

Deuxième exercice simple : listez les 15 inconvénients de votre anti-valeur.

Cet exercice est encore plus facile que le premier. Pour être honnête avec vous, j’ai réussi à lister deux fois plus d’inconvénients du spécisme que d’avantages de l’antispécisme.

Parmi ces inconvénients, je note le meurtre inutile d’individus sensibles, la pollution massive causée par l’exploitation animale, les mécanismes oppressifs qui sous-tendent le spécisme, la mauvaise foi et la dissonance cognitive dont font preuve pas mal de gens, le manque total et cruel d’empathie pour les autres formes de vie (ou l’hypocrisie de prétendre aimer les animaux alors qu’on les mange), la consommation irréfléchie…

C’est là que les choses se corsent…

Je pense que vous avez deviné les deux prochaines questions : ceux sont elles les plus importantes de cet exercice, car c’est en vous mettant à la place de vos opposé.e.s que vous parviendrez à mieux les comprendre et à mieux communiquer.

Avant de vous poser les deux dernières questions, sachez qu’y répondre ne valide pas pour autant votre anti-valeur. Cela ne signifie pas que vous avez tort, le but est juste de vous mettre à la place des personnes qui ne pensent pas comme vous.

Listez les 15 inconvénients de votre valeur.

C’est tout de suite plus compliqué. En me forçant un peu, j’ai quand même réussi à lister des inconvénients au véganisme et à l’antispécisme. Si vous avez choisi la même valeur et la même anti-valeur que moi pour cet exercice, je vous recommande de ne surtout pas lire le paragraphe suivant et de réfléchir par vous-même. Vraiment, faites-le sans tricher et passez directement à la question suivante.

Parmi ces inconvénients, j’ai noté l’illusion de sauver des animaux en étant simplement végan.e, l’énergie perdue à toujours devoir justifier ses choix auprès des autres, ou devoir les éduquer alors que ce n’est pas notre rôle, l’épuisement face à toute l’horreur de notre société spéciste, le jugement omniprésent des autres même quand on essaie d’être “sympa et tolérant.e”, parfois même la perte de certain.e.s proches qui rejettent en bloc nos idées ou encore la grande difficulté que l’on rencontre pour trouver un médecin compétant…

Listez les 15 avantages de votre anti-valeur.

C’est véritablement la question la plus compliquée de l’exercice, mais aussi la plus importante (c’est pour cela qu’on la garde pour la fin). J’ai vraiment dû réfléchir très longtemps pour mettre en évidence les 15 avantages du spécisme. C’était vraiment difficile, mais j’ai fini par y arriver malgré tout.

Conclusion

Je ne peux pas vraiment vous donner de conclusion formelle à cet exercice, car je pense que chacun.e y trouvera un sens différent. J’espère que cela vous a apporté quelque chose, et vous a fait prendre du recul sur vos idées. Je le rappelle encore une fois, le but de cet exercice n’était pas de debunker votre valeur, mais juste de vous aider à vous mettre à la place des autres.

Je n’ai volontairement pas donné mes 15 avantages du spécisme car j’aimerais que vous le fassiez par vous-même. Étant donné que la majeure partie de mes abonné.e.s sont végan.e.s et auront probablement aussi choisi le véganisme et l’antispécisme au début de l’exercice, je n’ai pas envie de vous gâcher la réflexion que demande la dernière question. Je serais ravie qu’on se les donne dans les commentaires.


N’hésitez pas à me dire si vous avez apprécié l’exercice d’aujourd’hui, si vous aimeriez que je vous en propose à nouveau et surtout à me dire quelles étaient la valeur et l’anti-valeur que vous avez choisies.

Je remercie grandement Arnaud Viody, du cabinet de conseil en stratégie et marketing “Vertone” qui a animé cet atelier, ainsi que notre hôte : le Hub Coworking (dont je vous parlerai très bientôt sur le blog).

A la semaine prochaine !