Comment fabriquer son propre déodorant sain et naturel ?

Comment fabriquer son propre déodorant sain et naturel ?

Quoi de plus gênant que les grosses odeurs de transpiration acide ? Si en plus, vous êtes une personne facilement stressée et anxieuse, alors le problème peut être décuplé, vous stresser et nourrir ainsi un cercle vicieux.

Heureusement, il existe aujourd’hui pleins de solutions pour éviter ce petit souci très commun et masquer les odeurs. Le problème, c’est qu’elles ne sont pas toujours hyper cleans, ni bonnes pour votre santé. Beaucoup de déodorants du commerce contiennent des substances nocives (comme les sels d’aluminium), et certaines ont même un lien très étroits avec le développement de cancers. Oui, je pose l’ambiance.

J’ai une bonne nouvelle pour vous aujourd’hui : je vous propose une recette ultra-efficace pour ce qui est de neutraliser les odeurs, saine, végane évidement et avec seulement deux ingrédients.

Attention, il ne s’agit pas d’un anti-transpirant ! Ma recette ne bloquera pas l’évacuation de la transpiration (d’ailleurs, il ne faut surtout pas le faire). C’est en revanche l’option la plus efficace pour masquer totalement et durablement les odeurs.


Pour la concocter, vous aurez besoin d’huile de coco pure et de bicarbonate de soude alimentaire. C’est tout ! Ah si, et un petit pot pour accueillir votre mixture. En général, je réutilise de vieux pots de chez Lush. Avant de commencer, assurez vous que tous vos contenants, vos ustensiles ainsi que vos mains sont bien propres. On n’a pas envie de mettre pleins de sales microbes dans notre mixture !

La première étape (facultative (si la température est élevée chez vous) est de réchauffer votre huile de coco pour la rendre totalement liquide et transparente. Vous pouvez la faire chauffer dans un bain marie, une casserole, voire même au micro-onde. C’est vous qui décidez !

Une fois l’huile chauffée (et tous les petits grumeaux dissous), il est temps d’ajouter le bicarbonate de soude alimentaire.

Cette petite poudre blanche est bien connue des foyers écolos ! Ses propriétés sont multiples, et aujourd’hui, c’est sur sa capacité anti-odeur que nous allons nous reposer ! Je n’ai pas de quantité précise à vous indiquer, si ce n’est que vous aurez besoin de deux ou trois fois plus de bicarbonate que d’huile de coco, pour que celle-ci soit bien saturée en poudre (très important pour éviter tout problème de fuite de votre pot).

L’huile de coco est solide à température ambiante, mais elle fondra dès que les fortes chaleurs reviendront. En saturant l’huile de bicarbonate, vous vous assurez que le mélange restera le plus solide possible même en pleine canicule.

Ajoutez donc le plus possible de poudre, jusqu’à ce que cela deviennent difficile à mélanger. La texture doit être sableuse. Une fois qu’il deviendra trop compliqué d’ajouter de la poudre, tassez le mélange et placez le au frigo pendant une petite heure, sans refermer le couvercle. 1h plus tard, votre mélange sera solidifié et prêt à être utilisé ! Vous n’aurez qu’à prélever un peu de matière et à l’appliquer comme un baume sur vos aisselles.

La recette est hyper efficace, mais surtout très économique. J’achète mon gros pot d’huile de coco chez Action (pure, bio et au prix de 3€ pour plus de 500g, alors qu’il ne faut qu’une cuillère à soupe pour mon mélange). Quant au bicarbonate de soude, il s’achète pour trois fois rien dans tous les supermarchés.

Le cout de revient est vraiment imbattable, et l’efficacité au rendez-vous. Le bicarbonate de soude est très connu pour son efficacité comme déodorant, mais il n’est pas pratique à appliquer à cause de sa texture poudreuse. Pendant longtemps, je l’ai appliqué au doigt, à la sortie de la douche sur peau humide. Mais je dois dire que cette version sous forme de baume est quand même bien plus pratique, et l’huile de coco hydratera votre peau au passage.

Voilà, j’espère vous avoir convaincu•e avec cette recette, qui est meilleure pour votre santé, pour votre porte monnaie mais aussi pour la planète (car vous réduirez vos déchets en n’achetant plus de déodorant du commerce). Vous m’en direz des nouvelles !

5 applications mobiles “écolos” et gratuites 🌎📱

5 applications mobiles “écolos” et gratuites 🌎📱

temps de lecture : environ 7 minutes

L’écologie et le respect de notre planète sont désormais des sujets très importants pour nombre d’entre nous. Je n’ai pas besoin de vous faire un topo, vous savez probablement déjà à quel point nous sommes dans le caca. Mais les consciences s’éveillent, les mentalités changent et afin d’aligner nos actes et nos idéaux, je vous présente aujourd’hui cinq applications mobiles éco-friendly.

Toutes les applications que je vous propose aujourd’hui sont gratuites, et disponibles à la fois sur Android et sur iOS. Pour une navigation plus facile, voici un sommaire. Vous pouvez cliquer directement sur le chapitre qui vous intéresse. 🙂

  1. Too Good To Go
  2. Yuka
  3. INCI Beauty
  4. Vinted
  5. Geev

Too Good To Go

Too Good To Go vous permet de profiter chaque jour des centaines de produits invendus dans votre ville. Plutôt que de les jeter, les commerces publient eux-mêmes les produits disponibles pour vous en faire profiter à prix réduits.

Le gaspillage alimentaire est un véritable fléau. Pendant que des millions de personnes souffrent de la faim, des tonnes de nourritures sont jetées tous les jours. Chaque année, ce n’est pas moins de 10 millions de tonnes de boustifaille qui partent aux oubliettes. 20 tonnes par minutes. 317 kg chaque seconde. Too Good To Go est une bonne manière de lutter contre cela, à son niveau, mais aussi de faire des économies. 🙂

Les +

  • Les prix proposés sont vraiment attractifs. Je me remets dans la peau de l’étudiante fauchée que j’étais, et j’aurais beaucoup aimé avoir cette application à l’époque. Elle m’aurait permise de changer un peu de mes pâtes natures, et de me faire plaisir à moindre coup.

Les –

  • Il y a moins de choix lorsque l’on vit en province.
  • Trop peu d’offre végétalienne à mon gout. Les offres d’invendus reflètent l’offre générale de votre ville. S’il y a beaucoup de restaurants végéta*iens près de chez vous, vous aurez plus de choix. Perso, j’utilise rarement l’application pour cette raison, mais je la conseille quand même vivement ! 😃

Yuka

On reste dans l’alimentaire avec l’application Yuka, une application vraiment ultra pratique pour analyser la composition des produits du quotidien. Je l’ai vraiment adoptée ! Grâce à Yuka, vous pourrez éviter très facilement les produits contenants des substances néfastes, où qui ne sont pas recommandables.

Le principe est simple : vous n’avez qu’à scanner un produit pour en décrypter la composition en quelques secondes seulement (il est également possible de faire des recherches manuelles). Yuka notera le produit sur 100 et mettra à votre disposition un décryptage complet, vraiment très détaillé : informations nutritionnelles, qualités et défauts du produits…

Les +

  • L’application est très intuitive grâce à son code couleur et rapide à utiliser. Vous pouvez analyser un produit en un éclair, et même dégainer votre smartphone directement en magasin. Fini les recherches qui durent des plombes sur des ingrédients aux noms à coucher dehors.
  • Yuka fonctionne également pour les produits de beauté ! 😃
  • La présence de substances dangereuses dans les produits est très bien mise en avant. Yuka vous indique le nom de la substance et vous fait même un petit topo sur celle-ci, vous expliquant pourquoi elle est problématique. En l’utilisant, vous en apprendrez donc beaucoup sur ces substances à éviter : un point que j’adore !

Les –

  • Tous les produits ne sont pas référencés dans Yuka. Il est possible que celui que vous souhaitiez analyser soit inconnu de l’application. Vous pouvez néanmoins soumettre une analyse à Yuka. Je l’ai fait quelquefois, mais n’ai toujours pas eu de réponses plusieurs mois plus tard. 🙁
  • Le catalogue de produits de beauté n’est pas très développé, mais offre une parfaite transition pour l’application suivante ! 😉

INCI Beauty

L’application INCI Beauty fonctionne exactement comme Yuka, mais est spécialisée dans les produits de beauté. Contrairement à la précédente, le catalogue de produits est donc bien plus vaste. C’est cette application que j’avais utilisée dans mon article sur les produits de la marque Modere. Comme pour Yuka, vous pouvez scanner le produit directement, ou faire une recherche manuelle.

Les +

  • Les analyses sont très claires, utilisent le même code couleur que Yuka et détaillent aussi très bien les substances présentes dans les produits en fonction de leur dangerosité.
  • L’application s’utilise très facilement directement en boutique pour ne pas se faire avoir pendant l’achat, ou si l’employé•e du magasin tente de vous entourlouper (ça arrive ! 😉).

Les –

  • Pas mal de publicité dans l’application.

Vinted

Je vous avais déjà parlé de Vinted dans mes 10 astuces pour une mode éthique, mais j’aime tellement cette application que je tenais à l’inclure dans ma sélection du jour ! Aujourd’hui, on ne présente plus Vinted, la célèbre friperie en ligne. Vous y trouverez vêtements, accessoires, chaussures à foison et même parfois des pièces encore neuves !

Vinted est l’application parfaite pour éviter d’acheter en magasin tout en faisant des économies. Voilà maintenant presque un an que je n’achète plus en boutique, mais uniquement sur Vinted.

Je réduis mon emprunte carbone, je fais des économie et me fait quand même plaisir. Il m’arrive encore de “faire les boutiques” , mais uniquement pour repérer des articles et les chercher ensuite sur Vinted (et je trouve à chaque fois, je n’en suis donc pas du tout frustrée ! 😉)

♻️ Quand je reçois un article, je ne jette jamais l’emballage : je le garde pour le réutiliser. Ce serait trop dommage de devoir acheter des contenants pour expédier mes propres ventes.

Les +

  • Le catalogue est très varié, il y en a pour tous les goûts, à tous les prix !
  • L’app est très simple d’utilisation, que vous souhaitiez vendre ou acheter.

Les –

  • La communauté n’est pas toujours très agréable et offre parfois son lot de prises de becs. Ce problème arrive surtout si vous vendez. Je n’ai jamais le moindre souci lorsque c’est moi qui suis acheteuse (probablement parce que je suis respectueuse, contrairement à certain•e•s ! 😂)

Un article détaillé sur l’application Vinted est en cours d’écriture ! 😏 N’hésitez pas à vous abonner (tout en bas de la page) pour ne pas le louper ! J’y donnerai toutes mes bonnes astuces en tant que vendeuse expérimentée, ainsi que les pièges à éviter.


Geev

Geev, c’est la générosité à l’état pur : tout est gratuit. Vous y trouverez absolument tout : des meubles, des vêtements, de l’électroménager… en don ! Les objets peuvent être “à bricoler” mais aussi neufs ! Vous pouvez parcourir le catalogue, déposer une demande si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez, et donner à votre tour ! 🙂

Les +

  • Des dons : que demander de plus ? 😄
  • Très simple d’utilisation.

Les –

  • Il arrive parfois que certains membres (qui n’ont apparemment pas bien compris le principe de l’application) proposent des objets en dons, puis vous annonce en message privé qu’il vous faudra payer une certaine somme. Bref, un faux don.
  • L’application vous demandera l’accès à de nombreuses données personnelles inutiles pour son bon fonctionnement. Vous pouvez refuser, mais je le mentionne car j’ai rarement vu une liste aussi longue dans une application !

J’espère que ces applications vous séduiront autant que moi ! Certaines, comme Vinted, sont déjà très connues, mais j’espère vous en avoir fait découvrir une ou deux ! 🙂 N’hésitez pas à partager vos applications préférées en commentaire, je me ferais un plaisir de les essayer !

Mes meilleures astuces pour de beaux cheveux

Mes meilleures astuces pour de beaux cheveux

S’il y a une chose sur laquelle on me complimente sans arrêt : c’est bien mes cheveux ! Quasiment à chaque sortie, à chaque rencontres avec une nouvelle personne, on me glisse des gentilles remarques sur ma tignasse et on me demande vraiment très souvent ce que je fais pour qu’ils soient “si beaux”

Avant de commencer, je préfère vous préciser que je ne suis pas une pro du cheveux (je suis même plutôt une quiche, notamment pour tout ce qui touche à la coiffure 😅). Tout ce qui suit est issu de ma propre expérience, ainsi que des conseils que j’ai pu recevoir de la part de coiffeurs et coiffeuses. 🙂

Mon meilleur conseil : ne rien faire !

Si je devais résumer cet article en trois mots, ce serait “ne faites rien“. Laissez-donc votre tignasse en paix, et elle vous remerciera !

C’est ce que j’applique au quotidien : en faire le minimum possible pour mes cheveux et ils me le rendent très bien ! Je sais, c’est vague mais pas d’inquiétude, je détaille tout ça dans la suite de l’article ! 🙂

Pour commencer, ces deux idées reçues sont à bannir !

Avant de vous donner mes conseils, je me dois de dégommer deux fausses idées sur les cheveux. Posons déjà la base : vos cheveux sont de la matière morte.

Acceptez donc que les “soins réparateurs” ne servent à rien

Contrairement à tout ce que les soins capillaires du marché vous promettent, il faut accepter que nos cheveux ne peuvent pas être “réparés”. C’est un mensonge. Une fois que vos cheveux sont abîmés, c’est la fin. Vous n’avez plus qu’à les couper.

Pendant longtemps, j’ai cherché tel le saint graal les soins capillaires qui pourraient revigorer mes cheveux secs : rien n’a jamais fonctionné. Pourtant j’ai testé des centaines et des centaines de produits différents : Lush, Kérastase, Aussie, des soins à la kératine (qui au passage, ne sont pas véganes), des marques de salon de coiffure, des soins chez le coiffeur et j’en passe… Aucun effet. Tout simplement parce qu’aucun produit ne peut réparer quelque chose qui est déjà mort !

Les produits “bio” et “cleans” ne sont pas “inefficaces”

J’entends assez régulièrement que les produits cleans (sans parabens, sans silicone etc) ont certes l’avantage d’être plus respectueux de l’environnement et de notre santé, mais que le résultat sur les cheveux n’est vraiment pas joli. C’est faux.

Les produits “classiques” de supermarché vous donnent simplement l’illusion que vos cheveux sont beaux. Je pense notamment aux silicones (très présents dans les soins capillaires) qui “enrobent” la fibre du cheveux et lui donnent cet aspect lisse et brillant. Malheureusement, tout cela n’est qu’une illusion : sous les silicones qui étouffent la fibre, vos cheveux sont toujours autant abimées.

Au contraire, lorsque vous utilisez des produits capillaires sans toutes ces substances, c’est là que vous mesurerez le réel état de vos cheveux. C’est en quelques sorte leur vrai visage : et malheureusement, c’est impossible à réparer.

La solution pour de beaux cheveux est donc de prendre soin d’eux en amont, AVANT qu’ils ne soient abimés !


1. Commencez par couper les parties trop abîmées

Oui ça fait mal à entendre, mais c’est malheureusement la première chose à faire. Si vous ne le faites pas, les fourches continueront de remonter et iront casser des fibres capillaires alors encore saines (et ce serait dommage).

Prenez donc ce bon réflexe de toujours couper vos cheveux lorsque des fourches apparaissent. Ainsi, vous repartirez sur une base saine pour appliquer les conseils suivants.

2. Choisissez les produits les plus “cleans” possibles

Dans la mesure du possible, concentrez-vous sur des produits sains, sans substances occlusives (comme les silicones) ou agressives (comme les sulfates par exemple).

Actuellement, je n’ai pas de marques particulières à vous conseiller, car je m’évertue à finir mes anciens produits avant d’en acheter d’autres (et en lisant mon conseil suivant, vous comprendrez pourquoi c’est si long !). Cependant, on m’a vivement conseillé la marque Lamazuna, vers laquelle je me tournerai à l’avenir.

Concrètement, ça signifie qu’il faut oublier TOUS les produits de supermarché. Oui, même les marques comme Timotei, Le petit marseillais, Yves Rocher, Lush et compagnie, qui sont les rois du greenwashing (utiliser une marketing “vert” et “écolo” pour vendre des produits aux compositions dégueulasses).

3. Espacez au maximum les shampooings

Qu’il soit cleans ou pleins de sulfates, le shampooing n’est de toute façon pas le meilleur ami des beaux cheveux. Afin de les agresser le moins possible, il vous faudra aussi les laver le moins possible. Je connais même plusieurs personnes qui ne les lavent plus du tout, et qui s’en portent très bien (et qui ont aussi des cheveux sublimes, comme par hasard !)

Un peu comme notre vagin ou notre nez, le cheveu possède un cycle d’auto-nettoyage avec lequel il ne vaut mieux pas interférer. Alors oui, ce sera difficile au début, mais gardez à l’esprit que si vos cheveux graissent, c’est seulement en réactions à toutes les agressions que vous leur faites subir. Moins vous les laverez, moins ils graisseront. Ce processus sera long et fastidieux, mais les résultats en valent la chandelle !

Je n’en suis pas encore au “no-poo” (ne plus du tout se laver les cheveux avec un shampooing), mais je ne fais jamais plus d’un shampooing par mois, et les résultats sont hallucinants !

4. Faites vos soins AVANT le shampooing, et non l’inverse

Que vous choisissiez de réduire la fréquence de vos shampooings ou non, faites toujours vos soins AVANT le lavage (et non après, comme la coutume l’enseigne). En général, lorsqu’ils sont appliqués après le shampooing, les soins laissent toujours des résidus dans les cheveux qui auront pour effet d’étouffer la fibre. Même avec un bon rinçage, il est possible qu’il en reste. Appliquez-les plutôt avant le shampooing pour éviter ça.

5. Pas de chaleur, de teintures, de produits coiffants etc…

Là aussi, le but est de minimiser au maximum les agressions que subissent vos cheveux : la chaleur étant leur pire ennemie. N’utilisez jamais de sèche cheveux, préférez laisser sécher votre crinière à l’air libre. On évitera aussi au maximum les fers à lisser (ou pire, les brosses lissantes) et tout autre appareil utilisant la chaleur pour coiffer vos cheveux.

Evitez également de les teindre, de les décolorer ou d’utiliser au quotidien des produits comme la laque, les cires ou les gels coiffants. Les choix de coiffures seront certes moins larges, mais il existe pleins de méthodes pour mettre en forme vos cheveux ou les colorer sans pour autant les détériorer (le henné, les bigoudis, les tresses pendant la nuit pour donner un effet wavy sans chaleur etc…)

De toute façon, si vos cheveux sont en bonne santé et beaux au naturel, vous n’aurez même pas besoin de passer du temps à vous coiffer (perso je ne fais jamais rien et tout le monde dans mon entourage a pourtant l’air de jalouser mes “secrets capillaires”) !

Edit : un coiffeur m’a recommandé sur Twitter de ne jamais laisser les cheveux sécher à l’air libre, car l’eau fait également des dégâts aux cheveux. Il recommande un séchage au sèche-cheveux avec une chaleur très douce. Cela serait préférable qu’au séchage à l’air libre.

6. Ne dormez jamais les cheveux lâchés

Votre oreiller est également un ennemi ! Les frottements entre vos cheveux et la taie sont vraiment très mauvais pour eux.

Afin de minimiser cela, je vous conseille de faire deux tresses de chaque côté le soir avant de vous coucher, cela les protègera. C’est aussi mon meilleur conseil coiffure. Le matin, vous n’aurez qu’à dénouer les tresses pour avoir un bel effet wavy sans effort (c’est ce que je fais tous les jours).

Je vous conseille également de vous procurez des taies d’oreiller en satin, matière beaucoup plus douce pour les cheveux que le traditionnel coton.


C’est tout pour cette première édition ! J’espère que les conseils donnés vous aideront, même si j’ai bien conscience que certains seront difficiles à appliquer : notamment espacer les shampoings. Quand bien même, je vous encourage vraiment à tenir bon, car les résultats en valent vraiment la peine.

Les produits cosmétiques Modere

Les produits cosmétiques Modere

Suite à mon dossier sur la marque de cosmétique Modere, plusieurs d’entre vous, mes lecteurs et lectrices adorées, m’aviez demandé un avis plus précis, mais toujours 100% honnête et sans langue de bois sur leurs produits.

J’ai eu l’occasion d’en tester plusieurs pendant mes quelques mois de partenariat avec la marque et voici donc, résumé en une vidéo mon avis sur ces derniers.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=6qIoy0xlT2g&w=560&h=315]

Disclaimer : quelques petites informations importantes que je me permets de préciser à nouveau :


Quelques infos rapide sur Modere :

  • contrairement à ce que prétendent les Social Marketers : Modere n’est PAS une marque bio, et encore moins “une marque mieux que bio” ou “plus exigeante que le label bio“. Ce n’est ni plus ni moins que de la publicité mensongère.
  • les Social Marketers ne font que répéter inlassablement ce qui leur est dit par le formateurs et formatrices, ainsi que pendant les formations en ligne. La plupart du temps (et moi la première) les Social Marketers ne remettent pas en question les informations et se contentent de les répéter.
  • je pense ne pas me tromper en disant que les Social Marketers sont majoritairement de bonne foi en distribuant les produits, et se font juste avoir par le marketing bien rodé de Modere. Tout le monde ne s’y connaît pas en cosmétique, tout le monde ne sait pas déchiffrer la composition d’un produit et la lecture d’une étiquette n’est pas toujours choses aisée.

Si vous faites partie de celles et ceux pour qui les étiquettes et les compositions des cosmétiques sont des hiéroglyphes indéchiffrables, je vous recommande très fortement l’application “INCI BEAUTY“.

Elle est très simple d’utilisation. Il vous suffit d’entrer le nom d’un produit ou d’une marque dans la barre de recherche pour trouver une analyse de la composition, sous la forme d’une note sur 20. Si le produit qui vous intéresse n’existe pas encore dans leur base de données, vous pouvez demander son analyse.

Analyses de composition des produits Modere avec l’application INCI BEAUTY

Voici ce que j’ai obtenu lorsque j’ai entré “Modere” dans la barre de recherche de l’application. Comme vous pouvez le voir, le résultat n’est pas glorieux. Mis à part deux produits (le dentifrice et le bain de bouche) qui sont irréprochables, tout le reste des cosmétiques est vraiment très moyens, au même niveau qu’une marque de supermarché (mais bien plus chers !)

La leçon de tout cela, c’est qu’il faut vraiment se méfier du marketing des différentes compagnies de cosmétiques, et pas que pour les cosmétiques. Personne n’est à l’abri de se faire manipuler, moi la première. Mais heureusement, vous avez maintenant un super outil pour vous en sortir en un clic ! 😊

Modere : marque saine ou greenwashing ?

Modere : marque saine ou greenwashing ?

Hier, au hasard de mes pérégrinations virtuelles, je suis tombée sur une chronique de l’émission “On est pas des pigeons” qui a retenu mon attention. Le sujet : Modere, une marque américaine qui commercialise des produits cosmétiques et “bien-être” mais aussi des compléments alimentaires, des cures “détox” ainsi que des produits d’entretien (entre autres).

Si vous êtes présentE sur les réseaux sociaux, vous avez forcément déjà rencontré ce types de marques qui se distribue en réseau de vendeurs et vendeuses aux stratégies marketing très agressives et tenaces (pages, groupes Facebook auxquels vous êtes ajoutéE sans votre accord…)

Aujourd’hui, je me dois de vous parler de cette marque, de son fonctionnement et des gens qui y travaillent, afin que vous ne vous fassiez pas piéger comme je l’ai été !

Qui suis-je ? Quel est mon lien avec Modere ? Suis-je impartiale ?

Avant d’aller plus loin, je me dois de vous en dire le plus possible quant à mon lien avec Modere. Je tiens à préciser que cet article ne sera pas un “bla-bla” exagéré, malhonnête ni faussement élogieux à propos de la marque comme on en voit partout sur internet. Au contraire, je vais être franche à 100% en ce qui concerne Modere, que ce soit à propos des produits de la marque, des valeurs qu’elle défend ou des personnes qui participent à son développement en France.

J’ai tenté l’aventure Modere en janvier 2018 sur les conseils d’un ami qui est donc devenu mon parrain. Je ne me suis pas énormément développée, car j’ai très vite stoppé mon activité et mi fin à mon partenariat pour plusieurs raisons que je vais développer ensuite. Je ne gagne donc pas le moindre centime avec Modere, tout en connaissant quand même la société de l’intérieur.

Si vous souhaitez connaitre un avis franc, honnête et non influencé par un quelconque conflit d’intérêt, je vous invite à continuer votre lecture.

Quel est le mode de distribution des produits ?

La marque n’a pas de boutique “physique”, elle est distribuée uniquement via son site internet et grâce a ses “Social Marketers“. Pour faire simple, les “social marketers” (que j’abrégerai maintenant “SMa” pour plus de simplicité) sont les vendeurs et vendeuses Tupperware 2.0. Grâce à leurs réseaux personnels les SMa distribuent les produits de la marque.

Plus besoin de “réunions à domicile” démodées, plus besoin de se déplacer, de passer soi-même les commandes et de livrer les client•e•s : les SMa travaillent sur Internet en faisant la promotion des produits Modere (via des groupes Facebook, sur Instagram, ou même des blogs ou des chaînes Youtube). Les ventes sont identifiées à chaque SMa grâce au code promo individuel “-10€” (différents pour chaque SMa) et les client•e•s passent leur commande directement sur Internet (et sont livré•e•s à domicile).

Quelles sont les valeurs de Modere ?

Quand on entre chez Modere, on comprend très vite qu’avant de vendre les produits, nous vendons un véritable lifestyle. Les SMa n’ont que deux mots à la bouche : “live clean“, c’est-à-dire “vivre sainement” ou “une vie saine“. C’est le véritable crédo de Modere : permettre à tous les foyers d’avoir accès à une gamme complète de produits “””sains””” (du gel douche au complément alimentaire, en passant par la lessive, le produit vaisselle, les cures “détox” ou le dentifrice) et tout cela en respectant sa santé ainsi que l’environnement.

La marque Modere se dit très engagée :

  • pour l’écologie (packagings entièrement recyclables, usines alimentées à 100% par l’énergie éolienne, label “””mieux que bio””” etc.)
  • pour la santé de ses client•e•s (compositions saines, retrait de plus de 3000 ingrédients cosmétiques controversés, contrôle qualité à toute épreuve etc.)

Maintenant que vous connaissez les informations essentielles en ce qui concerne Modere, je vais vous laisser visionner le reportage de “On n’est pas des pigeons“, si vous le souhaitez (vous pouvez aussi passer directement à la suite).

Pour vous dire rapidement ce que j’en pense : il y a du vrai et du faux dans cette chronique, ainsi que beaucoup de raccourcis et d’inexactitudes (tout cela, je le développe juste après) !

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=CRsH-vxw4BQ&w=560&h=315]

Partie 1 : Mes réactions au reportage

Dans cette première partie, je vais m’attarder sur les points qui m’ont particulièrement fait tiquer dans ce reportage. Comme je le disais plus haut, il y a du vrai dans la chronique et malgré les très lourdes exagérations (que je rectifierai aussi) Modere est bien loin d’être une société irréprochable. Dans une seconde partie, je détaillerais davantage les raisons qui m’ont personnellement poussées à stopper mon activité. Allez, pas plus de blabla, je démêle le vrai du faux de cette chronique !

1. Le marketing de réseau

La première chose qui m’a vraiment soûlée dans cette chronique, c’est le ton volontairement très alarmiste et catastrophiste des journalistes et plus particulièrement de la femme blonde au tout début du reportage (celle qui lit la lettre anonyme d’une famille inquiète). De tout, les journalistes veulent faire du sensationnel. Entendons-nous bien, Modere n’est pas une société toute blanche, mais j’ai vraiment l’impression qu’on ne peut plus voir un reportage télévisé de ce genre sans que tout n’y soit totalement exagéré.

Pour la faire courte (et cela a été dit un peu plus loin) le marketing de réseau comme il est pratiqué par Modere est totalement légal. Il faut bien faire la différence entre le MLM (marketing de réseau) et ce que l’on appelle vulgairement un système pyramidale : ces deux notions sont très souvent confondues.

Une société de MLM devient un système pyramidal lorsque l’argent que gagnent les partenaires vient davantage des nouveaux partenaires recrutés que de vrais clients. En gros, dans un système pyramidal, votre job sera surtout de recruter de nouvelles personnes pour leur faire acheter le pack de démarrage (car c’est plus rentable), plutôt que de chercher des client.es. Ca, c’est un système pyramidal (et c’est illégal). Pour être légale, une société de MLM doit veiller à ce que la plus grande partie du salaire d’un partenaire (ou SMa) viennent de ses clients, et non pas des commandes des personnes de son équipe.

2. La pression sur les social marketers (SMa)

Le deuxième point qui me fait réagir est cette espèce de “pression” sur le jeune homme récemment recruté chez Modere, que fait ressortir la lettre. Le social retail est une activité totalement indépendante et surtout sans obligation de résultat (cela n’en fait pas une activité facile pour autant). Notre parrain ou marraine nous aide et nous accompagne dans notre développement, mais nous ne lui devons absolument rien. Chacun•e avance à son rythme ou choisit d’arrêter quand il ou elle le souhaite, comme c’est mon cas aujourd’hui. Je ne comprends pas vraiment en quoi le jeune homme dont il est question dans cette lettre anonyme puisse être sous pression. Je ne peux pas être certaine de ce que j’avance, mais je pense très sincèrement que cette pression ne vient pas de Modere, mais peut être expliquée par différentes choses :

  • La famille du SMa se fait peut-être de fausses idées et interprète mal l’enthousiasme du jeune homme.
  • Peut-être que c’est le SMa lui même qui se met énormément de pression pour réussir (c’est ce qui me semble le plus plausible).
  • La dernière explication est que le SMa ai été recruté par le ou la pire des mentors que l’on puisse imaginer, et que ce dernier ou cette dernière ne lui mette délibérément la pression. J’espère de tout coeur que ce n’est pas le cas, et cela fait une parfaite transition pour le point suivant.

3. Le facteur humain

L’avantage des sociétés de MLM réside dans l’accessibilité de leur activité : comme ils s’en vantent très souvent, tout le monde peut le faire. Et tout le monde, cela signifie les personnes bien intentionnées tout comme celles qui malheureusement ne le sont pas.

En entrant chez Modere (où toute autre société légale de MLM), vous jouez un peu à la loterie. Votre parrain/marraine pourra être tout à fait fantastique (cela a été mon cas) ou au contraire, avoir de mauvaises intentions.

J’en veux pour preuve cette formatrice qui lors de sa réunion d’information encourage les nouveaux partenaires à faire du copier/coller. Mon parrain ne m’a jamais encouragé à faire cela, bien au contraire, il m’a déconseillé de pomper le travail des autres et m’a encouragée à être la plus authentique possible et à faire ressortir ma véritable personnalité.

Mon parrain est une personne pour qui l’éthique est très importante : c’est avant tout un ami que je connaissais déjà avant de me lancer dans Modere avec lui. Cela fait toute la différence. J’ai toujours eu confiance en lui, alors que certaines personnes qui organisent des formations chez Modere n’en sont pas systématiquement dignes.

Une formatrice très renommée chez Modere (la fameuse jeune fille de 21 ans qui gagne 30 000€ par mois dont il est fait allusion dans le reportage) a monté sa communauté en organisant de faux concours sur son groupe Facebook.

Méthode très simple et efficace : organiser un concours avec un lot d’une valeur de 150€ à gagner où la participation consiste à ajouter 100 membres au groupe privé. C’est un gros lot, donc il est probable que beaucoup de personnes participent et que les personnes ajoutées lors du concours participent à leur tour et ajoutent à nouveau 100 personnes. Si seulement 10 personnes participent (et croyez moi, il y en a davantage que 10), c’est pas moins de 1000 nouvelles personnes sur le groupe (1000 clients potentiels attirés sur le groupe).

Pour ne pas se faire percer à jour, la demoiselle en question truque le tirage au sort et fait gagner une de ses recrues (un autre SMa qui possède déjà chez lui le produit Modere à gagner. Le faux gagnant pourra donc prendre un selfie tout sourire, en tenant le lot (qui on le rappelle n’est pas un vrai lot) et le poster dans le groupe de la formatrice en disant “ouais trop génial, produit bien reçu, vous pouvez faire confiance à Machine“). De cette manière, le faux gagnant montre aux autres membres que la demoiselle est “digne de confiance” et au prochain faux concours, encore plus de personnes participeront en pensant réellement pouvoir gagner un énorme lot.

Et voilà comment faire grossir un groupe Facebook en deux temps trois mouvements. C’est grâce à cette technique de faux concours que cette formatrice a gagné autant d’argent si vite et fait aujourd’hui partie du Top France Modere. Elle encourage très fortement ses recrues à faire de même pour gagner vite et beaucoup. J’en sais quelque chose, puisqu’elle vante les mérites de cette techniques dans ses formations et ses conférences.

Mais où est l’éthique là dedans ? Nul part. Beaucoup de formateurs et formatrices ne trouvent pas cela normal et le font très largement savoir, à commencer par Moha le numéro 1 France (qui est devenu “1er France” sans jamais faire cela), ainsi que mon parrain et beaucoup d’autres.

Je pense que vous voyez où je veux en venir : il y a de tout chez les partenaires Modere, du bon comme du mauvais et je ne pense pas que l’on puisse mettre toutes les mauvaises pratiques de certain.e.s partenaires sur le dos de la société.

Chacun.e devrait se concentrer sur le positif, comme le font mon parrain ou Moha, chacun.e devrait toujours garder à l’esprit qu’il est important de se développer en gardant l’éthique comme ligne de conduite. J’ai eu la chance de tomber sur un super formateur qui m’a beaucoup aidé, pas seulement pour Modere, car ses enseignements (notamment en développement personnel) m’ont été très utiles dans beaucoup de domaines.

4. Les formations chez Modere

Abordons maintenant le problème des formations chez Modere. Dans le reportage, Lou-Marine (la jeune fille infiltrée) met bien en avant le fait qu’elle a été quasi livrée à elle-même alors qu’elle débutait son activité de SMa.

Sur ce point, je vais faire court et concis : son expérience est aux antipodes de la mienne. S’il y a bien une chose que j’ai apprécié chez Modere, c’est la qualité des formations vidéos. Les formations sont très nombreuses et complètes : des heures et des heures de vidéos qui abordent toutes les facettes du métier de SMa. Comment bien débuter son activité, marketing d’attraction, réseaux sociaux, marketing de réseau, renforcement vente, démarches administratives, focus sur les produits… Tout y passe.

Ces formations sont gratuites (accessibles sur un site internet qui n’est même pas verrouillé ni par un mot de passe, ni par le besoin de se connecter : l’URL est publique). Tous les dimanches, une conférence en ligne (gratuite elle aussi) est diffusé via Zoom et Facebook et vous tient informé.e des actualités de la marque, des nouveaux produits ou encore aborde des thèmes de développement personnel et de motivation. Chaque matin, du lundi au vendredi, mon parrain poste une vidéo d’environ 10 minutes avec des conseils pour bien se développer ou des actus (sur le site de formation vidéo).

Soyons honnête, combien de société de MLM font payer les formations à leur recrues ? Un paquet, mais pas Modere. Honnêtement, je n’ai quasiment rien à redire sur leurs formations et l’accompagnement des SMa et je ne comprends vraiment pas ce qui a bien pu foirer dans le parcours de Lou-Marine pour qu’elle soit à ce point délaissée.

Le seul défaut des formations selon moi vient du fait que la partie qui aborde en détail les produits est beaucoup trop succincte. Tous les produits ne sont pas abordés (ou pas encore) et chaque vidéo dure moins de 5 minutes. Trop court pour vraiment connaître un produit (rappelez vous les conneries que racontait la femme qui organisait l’atelier “soin du visage”…) Voilà un premier point à améliorer chez Modere.

Voilà pour les points à éclaircir. Jusque là, j’ai été très “élogieuse” mais croyez moi ça ne va pas durer. Je n’ai fait que rectifier les points erronés du reportage, car même si j’ai souhaité quitter Modere, personne n’est tout noir ou tout blanc. Cette société a comme toutes les autres, du bon mais aussi du mauvais. Voici donc les raisons qui m’ont fait fuir Modere.


Partie 2 : Pourquoi j’ai décidé d’arrêter Modere

Modere semble pleine de bonne volonté et vouloir révolutionner pleins de choses, mais malheureusement pour moi, cela reste très insatisfaisant. Voici pourquoi je ne souhaite plus promouvoir cette marque à l’avenir.

1. Le trop d’enthousiasme

L’intitulé de mon paragraphe pourrait prêter à sourire, mais le côté trop enjoué ou plutôt le sourire fake fait bien parti des choses qui m’ont toujours énervées. Dire qu’une crème de nuit va changer votre vie, dire que votre vie n’est plus la même grâce à un nouveau shampooing : ça va bien 5 minutes ! Chez Modere, tout le monde est beaucoup trop content, beaucoup trop enjoué pour que cela ai l’air sincère.

Cela m’énerve, car être toujours content, toujours avoir la “happy face” peu importe les événements, ça veut aussi dire mettre les problèmes sous le tapis. Pour moi, parler de ce qui ne va pas est tout aussi important que de parler de ce qui va bien : pour régler un problème il faut commencer par le verbaliser.

Très souvent, j’ai remarqué que lorsque je soulevais un problème, on me reprochait directement (et parfois de façon assez virulente) de “ne pas être assez motivée” ou de “ne pas assez y croire” ou encore de “ne pas faire assez confiance en Modere“, plutôt que de discuter du problème dont je parlais. A la longue, c’est énervant. En plus de retourner la situation en disant que le problème vient de moi, cela laisse la question initiale en suspend et ne règle rien.

2. Les produits de mauvaises qualité et les mensonges

Tout ce qui est dit dans le reportage quant à la composition des produits est vrai : la présence de phénoxyéthanol alors que Modere prétend ne pas en utiliser, les mensonges sur les produits, le soit disant “label mieux que bio”… Tout cela n’est que mensonge. C’est une des deux raisons principales qui me poussent à arrêter mon partenariat.

Étant donné que la composante “saine” des produits est un des principaux arguments de vente, je ne peux pas cautionner cela. J’en veux pour exemple les analyses de composition de plusieurs produits Modere ci-dessous :

Composition des produits analysée avec l’application INCI Beauty, que je vous conseille vivement !

Pour une société si “clean“, les compositions sont réellement médiocres. La qualité n’est en rien suffisante pour justifier tout ce ramdam “live clean” et encore moins cette prétention d’être “mieux que bio” ni de prétendre proposer des produits sains et safes. 

Le pire, c’est qu’il n’y aurait pour moi pas le moindre problème si Modere vendait les mêmes produits, mais sans mentir et surtout sans prétendre être une marque exemplaire. Pour moi, c’est n’est ni plus ni moins qu’un nouvel exemple de greenwashing.

Le plus choquant selon moi reste le fait que certains des “3000 composants controversés que Modère a choisit de retirer des produits” … soient parfois présents dans leur composition. C’est purement scandaleux.

3. La majorité de produits non-végans

Et voilà le plus gros point noir du tableau. La marque est bien cruelty-free, mais je savais depuis le début que tous les produits n’étaient pas végans. J’ai longuement hésité à me lancer à cause de ce point, mais mon parrain m’a définitivement convaincu en me disant que “la majorité des produits de la marque sont végans, et comme tu es indépendante, tu peux tout à fait choisir les produits que tu vendras. Certes tout n’est pas végan, mais les exigences sur la compo et les standards écologiques sont si énormes qu’on peut faire cette concession et choisir les produits que l’on vend.”

Mais comme on vient de le voir, pour la compo ce n’est pas la joie, et après avoir épluché le catalogue plus en détail, les produits végans ne sont pas du tout majoritaires. Moins de la moitié sont végans, et plusieurs best seller ne le sont pas. Embêtant.

En discutant (toujours avec mon parrain) celui-ci me dit que Modere est une marque tellement tournée vers l’éthique et l’avenir qu’il est fortement probable qu’elle tende vers le véganisme dans le futur. Seulement voilà, à en voir les lancements produits de ces derniers mois, on ne peut qu’en douter : composants issus du broyage de poissons, carapaces de crustacés et j’en passe… Peut-être que Modere se fout de nos océans et de ses habitant.e.s…

J’espère que cet article vous aura aidé à y voir plus clair et que vous avez apprécié de lire un article franc sur cette marque. J’ai cherché longuement sur internet et aucun autre article que le mien ne l’est. Tout ceux que j’ai trouvé était écrit par des social marketers.

Je n’ai pas pu tout dire dans ce post, car il aurait été beaucoup trop long, mais je serais ravie de répondre à toutes vos questions en commentaires.

Bisous les carencé.e.s ❤️